Le grignotage entre les repas : une pratique encore trop fréquente.

0
1140

Les premiers résultats d’une vaste étude française nous l’apprennent : 2 français sur 3 grignotent régulièrement entre les repas, et surtout les femmes et les jeunes.

photo_grignotage

Loin de moi l’idée de jouer au moralisateur et de vous imposer, en matière d’alimentation, des règles strictes (trop?) que vous aurez bien difficile à respecter. Mais il n’empêche que tous les nutritionnistes sont unanimes : dans nos sociétés occidentales, le surpoids et l’obésité (avec toutes leurs conséquences néfastes tant en termes de bien-être que de santé) sont en augmentation régulière. Une alimentation trop grasse, des repas déstructurés, trop peu d’exercices physiques, etc. sont quelques uns des coupables généralement montrés du doigt. Mais il en existe un autre plus insidieux et pourtant bien réel : le grignotage entre les repas…et surtout le grignotage de ptisseries, confiseries,…sans oublier la consommation de boissons sucrées.

Une vaste étude (appelée NutriNet-Santé), lancée en mai 2009 chez nos voisins français, tente de mieux cerner cette pratique du grignotage entre les repas. Près de 185 000 consommateurs y participent. Les premiers résultats viennent d’être rendus publics. Certes, ils concernent la France mais nous avons toute raison de penser que le tableau ne serait guère différent en Belgique. Voyons cela…

  • 6 personnes sur 10 déclarent grignoter régulièrement ou presque entre les repas.
  • Cette habitude est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et chez les moins de 55 ans que les plus gés.
  • Plus illustratif (et plus interpellant) de l’importance de cette pratique : le grignotage représente de 13 à 22% de l’apport calorique total!
  • Les femmes s’orientent essentiellement vers les aliments gras et sucré (gteaux, viennoiseries,…) tandis que, pour les hommes, les boissons riches en calories (limonades sucrées…mais aussi les boissons alcoolisées) ont la préférence.
  • Les hommes sont deux fois plus nombreux à faire l’impasse sur l’un des trois repas principaux de la journée…et c’est surtout le petit-déjeuner qui fait les frais!
  • Globalement, l’apport calorique total est plus élevé chez les grignoteurs.

A titre personnel, j’en tire quelques conclusions :

  • Ce n’est pas tant le grignotage en tant que tel qui est à déconseiller…mais bien le type d’aliments concernés. Grignoter un fruit ou un laitage entre les repas principaux est une attitude à conseiller…à la condition qu’elle demeure raisonnable.
  • Une alimentation relativement équilibrée (ne versons pas dans l’obsession de la calorie!) commence dès le plus jeune ge. Je plaide pour une éducation alimentaire à l’école. L’imagination pédagogique peut facilement faire passer quelques principes élémentaires bien utiles à l’ge adulte.
  • Un tel constat (qui n’est pas neuf) m’incite à me poser une question : à quoi servent les vastes campagnes officielles (Plan national de nutrition et de santé, etc.) souvent coûteuses? Ce constat doit inciter, à mon sens, les promoteurs de ces initiatives à s’interroger sur l’efficacité de celles-ci et sur l’opportunité de les réorienter.
  • Favoriser des pratiques alimentaires saines doit être une oeuvre commune : tant les autorités que les producteurs, distributeurs, etc doivent s’en soucier et apporter leur pierre à cet édifice…essentiel tant du point de vue sanitaire qu’économique (les maladies consécutives à l’obésité pèsent lourdement sur le budget des soins de santé).
PARTAGER
Article précédentPourquoi les oignons font-ils pleurer?
Article suivantDelhaize rappelle des oeufs bio
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here