Une vache clonée pour produire du lait humain?

0
933

Non…ce n’est pas (malheureusement) la dernière blague à la mode mais bien le résultat des cogitations d’un laboratoire argentin.

photo-rosita

De quoi s’agit-il?

Baptisée Rosita, cette vache clonée est le premier bovin au monde possédant deux gènes humains contenant les protéines présentes dans le lait maternel. A en croire ces « scientifiques », un tel lait protégerait les bébés contre toute une série de maladies et améliorerait leur absorption du fer.

Nul ne conteste aujourd’hui les bienfaits de l’allaitement maternel mais avons-nous réellement besoin de ces artifices? Pour moi, la réponse est sans ambages : NON!
De telles manipulations me font froid dans le dos! Un seul premier élément qui incite à la réflexion : cette vache est née par césarienne vu son poids important (45 kg pour 22 kg dans le cas d’une vache « normale » de cette race).
Certes, la commercialisation d’un tel lait n’est pas pour demain mais je ne puis m’empêcher de penser que ces « scientifiques » se livrent à des jeux dangereux d’apprenti sorcier sans en maîtriser les conséquences éventuelles tant pour l’homme que pour l’animal.

Que les choses soient claires : je ne suis nullement opposé au progrès mais une découverte ne mérite ce nom que si elle apporte de réels avantages à la société. Et ici, vous en conviendrez, nous en sommes bien loins…

PARTAGER
Article précédentDes restaurants sans gluten en France
Article suivantMieux connaître les vins de Porto
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here