Les macarons colorés : à consommer avec modération?

0
46

Ils feront de nouveau un tabac en cette fin d’année : les macarons sont devenus incontournables. Pas une vitrine de pâtisserie ou le rayon d’une grande surface qui n’en proposent pas…On en trouve de toutes les couleurs : rouge, bleu ,jaune, vert, etc. Mais est-ce sans risques? Une étude de l’UFC – QUE CHOISIR (Association française de défense du consommateur) publiée début de cette année nous en apprend un peu plus à ce propos…et tout n’est pas rose! Ci-dessous leur publication qui devrait vous intéresser…

Une couleur vive, allant du bleu au rouge en passant par le jaune et le vert, telle est de plus en plus souvent la signature d’un macaron. Mais la contrepartie est problématique : ces effets sont obtenus grâce à des additifs alimentaires parfois interdits ou utilisés au-delà des doses autorisées, constate la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Pour attirer l’œil du gourmand, rien ne vaut une couleur éclatante. C’est particulièrement vrai pour le macaron. Pour obtenir cet effet, les fabricants utilisent des colorants alimentaires. Or, malgré une réglementation stricte (voir encadré), « certains professionnels n’hésitent pas à jouer la surenchère dans la palette en ayant recours à un surdosage », alerte la DGCCRF, qui s’est penchée sur le sujet.

44 % de produits non conformes

Suite à un contrôle mené en 2017 en Nouvelle-Aquitaine sur près de 30 échantillons, « 44 % des produits présentaient des non-conformités et 22 % des prélèvements se sont même révélés impropres à la consommation en raison de forts dépassements de la quantité autorisée de colorant ».

En 2018, cette enquête a été élargie au niveau national, et « plusieurs dépassements de limites réglementaires ont déjà été constatés ». Ainsi, un certain « macaron coquelicot » détenait une très forte concentration en colorant E124 (un colorant azoïque interdit d’usage pour les macarons). « La consommation d’un seul de ces macarons pour un adulte, et d’un demi-macaron pour un enfant, suffisait pour atteindre un dépassement de la dose journalière autorisée (DJA) du colorant en question. Ils ont été déclarés impropres à la consommation. » De même, un macaron tricolore « Coupe du monde de football » contenait deux colorants synthétiques, de l’E124 (interdit) et de l’E133 (colorant bleu autorisé mais retrouvé dans des concentrations élevées qui ont conduit à déclarer ce macaron impropre à la consommation).

Un emploi très encadré

Les colorants appartiennent à la catégorie des additifs alimentaires (étiquetés E + 1XX), qui sont des substances évaluées dont l’usage est surveillé. Les teneurs maximales autorisées dans les aliments sont fixées par la Commission européenne, sur la base des doses journalières admissibles définies par l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) et selon la catégorie d’aliment dans laquelle ces colorants sont utilisés.

« La surveillance est encore plus étroite pour les enfants qui peuvent développer une tendance à l’hyperactivité à la suite d’une exposition répétée aux colorants azoïques (1). La réglementation impose la mention “peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants” en complément de la liste des ingrédients », rappelle la DGCCRF.

() Les colorants E102 (tartrazine), E104 (jaune de quinoléine), E110 (jaune soleil FCF et orangé S), E122 (azorubine, carmoisine), E124 (rouge cochenille A, rouge ponceau 4R), E129 (rouge allura AC)…

Que retenir de cette étude?

  • Loin de moi l’idée de vous déconseiller la consommation de macarons! Mais avec modération…et surtout pour ce qui concerne les jeunes enfants. S’ils sont préemballés, lisez la liste des ingrédients et évitez, avant tout, ceux renfermant les 6 colorants mentionnés ci-dessus.
  • Cette étude devrait inciter l’AFSCA à mener des contrôles chez nous. Il n’y a malheureusement aucune raison de penser que la situation est différente en Belgique. Et pourtant…nous ne voyons rien venir!

 

PARTAGER
Article précédentLes marchés de Noël…autant en profiter au maximum!
Article suivantALDI retire du rôti de dinde contaminé des rayons.
Remy Robert
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here