Le melon : quelles sont les principales variétés et comment le choisir?

0
131

Chronique diffusée le mardi 22 mai 2018 dans l’émission radio « ON N’EST PAS DES PIGEONS » RTBF VIVACITE.

Le melon, c’est tellement bon que l’on en mangerait tous les jours! Mais au final, est-ce un fruit ou un légume? Quelles sont les principales variétés? Pour nous en dire un peu plus sur cet aliment, nous avons fait appel à Robert REMY.

Le melon n’est pas un fruit, mais un légume

Il précise que malgré son parfum sucré, le melon n’est pas un fruit mais bien un légume. Il fait partie de la famille des cucurbitacées, comme la courgette ou le potiron. Les dénominations « Cavaillon » ou « Charentais » ne traduisent pas du tout des origines géographiques mais bien des variétés… Ces melons peuvent être produits un peu partout en France et même à l’étranger. Parmi les Charentais, les plus vendus chez nous, on distingue essentiellement deux variétés: le Charentais jaune, qui a la particularité, un peu comme la pomme ou la banane, de dégager un gaz, l’éthylène, et qui entraîne donc une maturation naturelle, ce qui veut dire aussi une conservation plus limitée.
Deuxième variété c’est le Charentais vert, qui lui, par contre, dégage très peu d’éthylène et se conserve beaucoup plus longtemps. Sa chair sucrée est d’ailleurs beaucoup plus croquante et moins juteuse que la variété jaune. Il y a aussi le Galia, melon rond à la chair jaune-verte et la pastèque, le melon d’eau, qui contient 90% et plus d’eau, et qui pour les trois quart est produit en Chine.

Trente millions de tonnes de melon sont produites par an. Les principaux producteurs, pour 50% sont la Chine suivie de la Turquie et l’Iran. En Europe, on produit à peu près deux millions de tonnes par an essentiellement en Espagne, en Italie et en France.

Le label rouge et trois IGP pour le melon

Un label apparaît régulièrement pour le melon. C’est le label rouge, bien connu et géré par l’administration française. Ce label rouge ne concerne que les Charentais jaune et deux critères sont obligatoires: ces melons doivent être cueillis à maturité et doivent avoir une teneur minimale en sucre. A côté de cela, il y a aussi trois IGP (Indication géographique protégée): concerne les melons du Haut-Poitou, du Quercy et de Guadeloupe.

Le melon ne possède que des avantages: c’est d’abord un légume qui contient beaucoup d’eau, il est désaltérant et est peu calorique. C’est aussi une bonne source de vitamines C.

Quelques conseils d’achat et de conservation.

Au moment de l’achat, n’hésitez pas à soupeser le melon, il doit être lourd. Plus il est mûr, plus il sera odorant. Parmi les critères de qualité: choisissez-le avec des rayures bien marquées et un pédoncule qui commence à se décoller. Conservez le melon au frais. Le bac à légumes peut faire l’affaire, mais emballez-le soigneusement pour que l’odeur ne contamine pas les autres aliments dans le frigo.

PARTAGER
Article précédentDu Reblochon contaminé…à éviter.
Article suivantDu jambon de Parme avec votre melon?
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here