Le cheval devenu boeuf? J’ai beaucoup de questions et de craintes!

0
1080

Depuis plusieurs jours, nous, consommateurs, entendons tout et son contraire autour de ce « scandale » de la viande de cheval. Franchement; il y a carence en matière d’informations utiles…

* Vivons-nous une CRISE? Une crise, si j’en crois le dictionnaire, c’est un évènement accidentel et imprévu. Estce le cas? A mon avis…NON mais plutôt la chronique d’un désastre annoncé. Lors des incidents précédents (parfois bien plus graves) – crise de la dioxine – vache folle – etc. , l’on nous promettait de mettre en place des mécanismes qui nous éviteraient, à l’avenir,de telles fraudes. Comme Soeur Anne, je n’ai rien vu venir!

* Et aujourd’hui, la main sur le coeur, tous les acteurs (autorités, producteurs, transformateurs, distributeurs) tiennent le même discours : « Ce n’est pas ma faute, c’est celle de l’autre! ».Le coup du parapluie quoi!

* Ces dernières années, nombreuses ont été les fraudes du même style constatées : des sandwiches au filet américain renfermant du porc,…Et qu’ont fait les autorités? Casser le thermomètre…ce qui n’a jamais fait baisser la fièvre!

* Qui est responsable de gérer cette crise? L’AFSCA nous dit que ce ce n’est pas de son ressort puisque la sécurité alimentaire n’est pas en cause…et je vois son porte – parole présent sur tous les plateaux de télévison! Comprenne qui pourra…Et si ce n’est pas de la responsabilité de l’AFSCA, que fait l’Inspection Economique ou les Services de Santé Publique?

* L’on nous promet des résultats de contrôles? Je me permets de vous rappeler que cette fraude est connue depuis la mi – janvier (je vous en parlais déjà il y a plusieurs semaines). N’était-il pas logique de s’en inquiéter, de lancer bien plus tôt les contrôles utiles, de mettre les fabricants et distributeurs en demeure de nous donner les preuves que les produits concernés distribués en Belgique ne nous leurraient pas?

* Pour seule preuve de la lenteur de nos autorités, je me permets de signaler que mes collègues suisses de l’émission « A Bon Entendeur » de la RTS ont lancé dès lundi dernier une batterie d’analyses et publieront les résultats dès demain soir dans leur émission hebdomadaire.

* Cet incident montre clairement les limites de la philosophie de l’auto-contôle de plus en plus promue par nos gouvernants. Convaincre plutôt que contraindre certes…mais la peur du gendarme doit exister…Et en matière alimentaire, les radars flashants sont bien trop rares.

* Nous avons besoin d’une information objective et claire! Mais trop souvent, j’ai le sentiment que c’est surtout le principe « Moins les consommateurs en savent, mieux cela va vaut » qui est appliqué.

* Dernier « coup de gueule » : tout le monde réclame davantage d’informations (d’où vient la viande des lasagnes par exemple?) sur les étiquettes. Très bien…mais qu’en est-il des aliments et plats préparés vendus en vrac (au rayon traiteurs, etc.). Personne n’en parle et pourtant pour ceux-ci aucune information n’est exigée…parce que le législateur belge a limité la directive européenne en matière d’étiquetage aux seuls aliments préemballés.

Comme quoi le travail ne manque pas….

PARTAGER
Article précédentMais que se passe-t-il dans le monde des hamburgers?
Article suivantViande de cheval : Lidl retire des plats préparés du marché!
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here