Le Beaujolais nouveau débarque ce jeudi 21 novembre!

0
25

Pêche? Banane? Fraise? Comment sera le Beaujolais nouveau 2019? Ne nous laissons pas trop berner par le marketing!

Même si son étoile a pli ces dernières années, l’arrivée du Beaujolais nouveau, le troisième jeudi de novembre, reste néanmoins un évènement annuel et nous serons sans doute encore nombreux à y succomber. Le Beaujolais nouveau est le plus connu même si, aujourd’hui, d’autres régions (Côtes du Rhône, etc.) en produisent aussi. En savoir un peu plus n’est pas inutile…

Quelques mots sur le Beaujolais en général.

Une fois passé Macon, vous entrez dans le Beaujolais, une région viticole connue dans le monde entier…surtout par son Beaujolais NOUVEAU ou PRIMEUR.

C’est pourtant aussi une région atypique par plusieurs aspects.

* Parfois très différents les uns des autres, les vins rouges du Beaujolais sont pourtant tous issus d’un seul et même cépage : le gamay noir à jus blanc.

* Le vignoble du Beaujolais se caractérise aussi par une densité de plantation parmi les plus élevées au monde : de 9 000 à 13 000 pieds par hectare.

* L’élaboration du vin se distingue aussi des techniques différentes de celles en vigueur dans d’autres régions : les raisins ne sont pas pressés avant l’introduction dans les cuves de fermentation. Le caractère fruité et jeune des vins du Beaujolais est du au fait que les grappes entières sont introduites dans ces cuves. La masse liquide qui se forme au fond est extraite deux fois par jour et réintroduite dans la parie supérieure. C’est ce que l’on appelle le remontage.

* Outre les deux appellations de base : « Beaujolais » et « Beaujolais Villages », 10 crus existent officiellement dans la région : Saint-Amour-Julienas-Chenas-Moulin-à-Vent-Fleurie-Chiroubles-Morgon-Régnié-Côtes de Brouilly et Brouilly.

  • Primeur ou Nouveau? Légalement, un vin Primeur doit être embouteillé avant le printemps at un vin nouveau avant la vendange suivante. Dans le cas du Beaujolais, c’est donc chou vert et vert chou!

Et le Beaujolais nouveau dans tout cela?

En fait, ils ne sont pas si « nouveau » que cela…puisque pendant des siècles et faute de techniques de conservation efficaces, les viticulteurs étaient contraints d’écouler très rapidement leur production…sous peine de devenir négociants en vinaigre!

Ce n’est que plus tard qu’ils ont pu se permettre de « faire vieillir » leurs vins. Mais ce vieillissement coûte cher…ce qui a incité certains viticulteurs à écouler rapidement leur vins. Dans le Beaujolais, cette pratique s’est développée dès le 19ème.siècle. Jusqu’en 1985, la commercialisation du Beaujolais nouveau était fixée au 15 novembre. C’est à cette époque que la législation, pour des raisons pratiques, a fixé la date de lancement de ce vin au troisième jeudi de novembre.

Le savez – vous? On en produit, selon les années, aux alentours de 450 000 hl. Aujourd’hui, 1/3 de la production totale du vin de cette région est commercialisé sous la forme de Beaujolais nouveau ou primeur.

Mais qu’a donc de spécial ce Beaujolais nouveau?

* Tout d’abord une source de profit immédiate pour les viticulteurs : des raisins récoltés en septembre et du vin vendu mi-novembre…aucune immobilisation de capital dans les caves!

* Le secret du fameux arôme banane, fraise ou pêche qui sert de de base au marketing annuel? Rien de bien compliqué…juste des levures aromatisées et le tour est joué!

* La macération est plus courte : 4 à 5 jours pour 10 à 12 pour les autres d’où ces arômes fruités et cette couleur peu soutenue.

Soyons-en convaincus : le marketing publicitaire mis en place autour du Beaujolais nouveau est probablement l’une des plus belles réussites! Est-ce à dire qu’il faut bannir cette bouteille? Non évidemment mais mieux vaut savoir ce qu’il est…et ce qu’il n’est pas! Et ne pas oublier qu’il vaut mieux le consommer dans les deux à trois mois suivant sa mise sur le marché!

PARTAGER
Article précédentEt encore de la tête pressée contaminée…
Article suivantColruyt retire du bacon anglais contaminé de ses rayons.
Remy Robert
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here