L’aspartame sans danger?

0
973

L’aspartame, tout un chacun le connaît aujourd’hui. Il fait partie de cette catégorie des édulcorants dits intenses parce que leur pouvoir sucrant est plusieurs centaines de fois élevé que celui du sucre traditionnel de betterave ou de canne.

Aspartame

Vous le connaissez sous formes de petites pastilles à ajouter à votre café ou vous en lisez la présence sur de nombreuses étiquettes (limonades « light », yaourts allégés,…). Compte tenu de son pouvoir sucré très élevé, il présente l’avantage de n’apporter quasi aucune calorie et est donc le fer de lance du marketing du light. Mais ces dernières années, plusieurs études ont émis des doutes quant à son innocuité. Il serait cancérigène et provoquerait une augmentation des accouchements prématurés.

Ce 28 février 2011, l’AESA (Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire) a remis un nouvel avis. A l’en croire, ces diverses études alarmistes sont sans fondement : l’aspartame, aux doses actuellement autorisées (Dose Journalière Admissible – DJA : 40 mg/kg poids corporel), est sans danger. Petit bémol pourtant : l’AESA conclut en écrivant qu’elle envisagera, sous peu, la nécessité de revoir éventuellement les effets néfastes éventuels de cet édulcorant. Comprenne qui pourra…

Cela dit, rappelons quelques principes élémentaires : lés édulcorants intenses ne résoudront jamais à eux-seuls les problèmes d’obésité. Si tel était le cas, cela se saurait…Je dirais plutôt que l’aspartame comme d’autres édulcorants doit être considéré comme un OUTIL. Intégré dans un régime alimentaire équilibré et, le cas échéant, sous contrôle d’un diététicien, il peut aider à maîtriser l’apport calorique. Ni plus ni moins…

L’aspartame est également interdit aux personnes souffrant de phénylcétonurie (maladie génétique liée à un taux élevé de phénylalanine) d’où l’obligation de mentionner sur les étiquettes renfermant de l’aspartame : « source de phénylalanine ». Enfin rappelons aussi que l’aspartame est inutilisable dans les ptisseries (cakes, etc.). il n’apporte aucune masse à l’inverse du sucre traditionnel et la texture des produits laisse beaucoup à désirer. Dernier conseil : évitez (pour ne pas dire davantage) de faire absorber ces édulcorants par de jeunes enfants…au nom du principe de précaution!

PARTAGER
Article précédentLa petite histoire de nos aliments
Article suivantYogonaise : Avec du yaourt ou non?
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here