Catastrophe nucléaire au Japon

0
1065

Les conséquences de la catastrophe nucéléaire au Japon : Nous avons besoin d’informations.
A l’exception d’un communiqué (du style « dormez bonnes gens ») de l’AFSCA (Agence Fédérale – belge – de Sécurité de la Chaîne Alimentaire) et d’une recommandation européenne demandant aux Etats membres d’effectuer des contrôles, c’est le silence radio absolu.

CONSEQUENCES DE LA CATASTROPHE NUCLEAIRE AU JAPON : NOUS AVONS BESOIN D'INFORMATIONS

Ne sommes-nous pas, citoyens, en droit de recevoir des informations et conseils sérieux quant au rejet éventuel de substances radioactives dans l’atmosphère?Et ce d’autant plus que les informations fournies par les autorités japonaises sont, pour le moins, sujettes à caution. Je pense que deux mesures sont urgentes :

  1. Les autorités nationales doivent nous informer sur les mesures qu’ils comptent prendre pour faire face à toute contamination éventuelle de notre environnement et de nos aliments et nous faire part des résultats des contrôles qu’ils doivent rapidement mettre en place.
  2. Les autorités européennes doivent faire pression sur les autorités japonaises pour forcer celles-ci à leur fournir toutes les informations nécessaires. L’un de ces moyens serait de décréter une interdiction temporaire d’importation de toute denrée alimentaire en provenance du Japon.

Telle est ma demande aux autorités. Trop souvent nous avons du constater, lors de crises alimentaires précédentes, que tant les autorités que les acteurs de la chaîne aimait appliquer le principe  » Moins le citoyen en sait, mieux cela vaut ». La seule attitude permettant de lutter contre tout alarmisme est précisément de considérer le citoyen consommateur comme un être adulte capable de comprendre les tenants et aboutissants de telles situations, de jouer la complète transparence plutôt que  de penser « laissons faire, on verra bien ».

L’essentiel n’est pas de nous répéter le même slogan « le risque zéro n’existe pas ». Ce qu’il importe de savoir c’est quel est le niveau de ce risque?

PARTAGER
Article précédentLa petite histoire du Kir
Article suivantJournée mondiale de l’eau : Eau du robinet ou en bouteille?
« Durant 40 ans, j’ai eu la responsabilité de nombreux tests comparatifs, enquêtes,…dans le domaine alimentaire et ai assuré le suivi de ceux-ci tant dans les instances nationales qu’européennes, représenté Test Achats dans les média, milieux scientifiques et assuré les contacts avec les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis juin 2011, je suis à la retraite mais souhaite continuer à m’impliquer dans l’information utile et pratique des consommateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here